Le stress à tout âge
Les enfants et le stress


Le stress à tout âge
Le stress à tout âge

 

Votre corps, votre organisme doit s’adapter face à un événement, dans certains cas il le fait sans même que vous vous en rendiez compte. Et d’autre fois, votre organisme est en difficulté et c’est à ce moment que s’enclenche le mécanisme du stress !

Comme je l’ai déjà évoqué dans un précédent article, le stress peut être positif et nous booster, nous stimuler pour nous permettre de relever un défi. Et parfois, le stress est négatif parce qu’il nous paralyse, nous épuise, devient chronique. 

Tout le monde est touché par le stress, les actifs bien sûr dans le monde professionnel, les demandeurs d’emploi aussi (la recherche d’emploi est un facteur de stress non négligeable). Ceux auxquels nous pensons moins quand nous évoquons le stress, ce sont les enfants et les seniors. Aujourd’hui, je vous propose de partir ensemble à la découverte de leurs formes de stress pour mieux les comprendre et les soutenir. 

 

Les enfants face au stress

Parfois adulte, nous oublions que le monde vu par les yeux des enfants n’est pas le même que le nôtre. Parfois ce qui nous semble anodin peut-être un facteur de stress pour eux. 

 

Cléo et l’imprévu

Cléo est rentrée très stressée de l’école, les larmes au bord des yeux elle explique que la maîtresse n’était pas là aujourd’hui. Malade, elle a dû se faire remplacer.  Et Cléo l’a appris le matin même en rentrant en classe. Si pour certains de ses camarades cela n’a rien changé à leur journée, pour elle cet événement imprévu a perturbé son quotidien. Elle a perdu ses repères ce qui a entraîné une montée de stress. 

En discutant avec sa maman, elle a compris que cela n’était pas grave et que la maîtresse reviendrait vite. Elle sait aussi que ce type d’événement peut se reproduire, le fait de le savoir lui permettra de mieux s’adapter à l’avenir. 

Alors même si l’absence de la maîtresse une journée, pour nous adultes est anecdotique, pour Cléo et les enfants qui comme elle ont besoin d’être rassuré, cela peut être difficile à vivre. En les rassurant, en leur expliquant que l’imprévu fait partie de la vie, nous leurs donnons des clés pour mieux vivre ces événements. 

 

Jules et le changement

Jules a quatre ans et depuis quelques semaines il dort mal. Il se réveille beaucoup, fait de nombreux cauchemars. Il se plaint aussi de maux de ventre, après une visite chez le médecin, il s’avère qu’il n’y a pas de soucis. Ses parents prennent le temps de parler avec lui pour comprendre ce qui se passe. 

Voyant ses parents à l’écoute, Jules leur confie que même si sa chambre est sympa, il aimait beaucoup l’ancienne et que ses copains lui manquent. Si toute la famille et Jules également était ravie de ce déménagement, ce n'est pas pour cela que cet événement ne génère pas de stress chez le petit garçon.

Il stresse face à ce changement de vie et chez lui cela se traduit par des troubles du sommeil et des douleurs au ventre (notre cerveau émotionnel !). Jules a du mal à s’adapter à sa nouvelle maison et à sa nouvelle école et il a besoin d’aide pour y arriver. 

Même petit, les enfants peuvent avoir besoin de temps et de soutien pour s’adapter au changement. En les laissant expliquer ce qu’ils ressentent, sans jugement, et en les aidant à voir le côté positif de la situation nous leur permettons de mieux vivre le changement. Pour Jules, le côté positif c’est qu’il a une chambre rien que pour lui et sa petite soeur a la sienne. Il pourra également inviter ses nouveaux copains à la maison. 

Il se peut que la discussion avec les parents ne suffise pas, notamment dans les cas où l’enfant a dû mal ou refuse d’exprimer ce qu’il ressent. 

Julia et la situation hors de contrôle

Julia a neuf ans, elle se ronge les ongles presque au sang, elle s’énerve très vite à la maison. Elle a aussi des difficultés à se concentrer en classe et sur ses devoirs. Julia se couche tôt, elle dort et pourtant elle se réveille fatiguée. Sa maman essaie de lui parler, de comprendre ce qui se passe. Malgré ses efforts, Julia refuse de lui répondre et se renferme sur elle-même. Sa maman décide de demander un coup de main à un professionnel pour aider sa fille dans cette période de stress. 

Auprès d’une oreille extérieure, Julia accepte de se confier. Elle pense être responsable du départ de son papa parce qu’il se fâchait beaucoup avant de quitter la maison. Elle croit que comme il n’habite plus à la maison il ne l’aime plus. Cette situation la rend triste et stressée, elle n’ose pas en parler à sa maman pour ne pas lui faire de peine. 

Julia s’est retrouvée confrontée à une situation qu’elle ne comprend pas, qui échappe à son contrôle. Vous imaginez le niveau de stress pour cette petite puce ?

Avec le soutien du professionnel et de sa maman, Julia a compris qu’elle n’était pas responsable de la situation et a accepté de parler avec son papa. 

 

Que faire face au stress des enfants ?

Comme les parents de Cléo, Jules, Julia la première chose à faire est d’être attentif à votre enfant. Est-ce que vous notez un changement dans son attitude, dans son comportement ? Il change d’humeur, il est plus irritable que d’habitude, il joue moins, son sommeil est perturbé, il manifeste de l’anxiété, …

Alors prenez le temps de lui parler, de ce qu’il ressent, ce qui le stresse. Et c’est la deuxième chose à faire lui parler, lui proposer d’exprimer ses émotions. Cela vous permettra ensemble d’identifier la ou les causes de son stress. Le fait de vous parler, d’être écouté et compris va déjà soulager votre enfant. 

Et dans un troisième temps, vous verrez quelles solutions, quels outils vous pouvez lui proposer. Les outils sont nombreux et dépendent des goûts de votre enfant : 

outil sensoriel comme la musique, 

des activités manuelles telles que le coloriage, la pâte à modeler, 

le mouvement, jouer au ballon dans le jardin, faire une balade

la respiration, la cohérence cardiaque

faire un câlin

faire un soin corporel comme le shiatsu

rire en faisant un moment blagues en famille. 

Les outils sont multiples, vous pouvez aussi inventer les vôtres, propres à votre famille. Et n’oubliez pas que les enfants ressentent du stress et que nous avons, adulte, notre rôle à jouer pour les soutenir. 

Si cette première partie de l’article vous a plu, n’hésitez pas à le partager. Rendez-vous le 15 octobre pour la suite dédiée au stress des seniors et oui nos parents et grands-parents sont aussi sujets au stress !!

 

Soyez le premier à réagir !