Soyez indulgent avec votre corps
Votre corps, c'est vous


Soyez indulgent avec votre corps
Soyez indulgent avec votre corps

 

Votre corps a une histoire, la vôtre. Celle de vos réussites, de vos peines, de vos blessures, de vos opérations, de vos maladies aussi. Parfois, vous lui reprochez de ne pas être celui que vous idéalisez, celui qui peut être admiré, aimé selon vous. 

 

Le regard de la société

C’est vrai que l’image renvoyée par la société est celle d’un homme musclé, glabre, jeune et celui d’une femme fine (ventre plat, jambes interminables), avec des formes, et jeune. Cette représentation est omniprésente dans les publicités, les séries et cela crée parfois un décalage que vous vivez mal entre votre corps et cette idéalisation. 

Vous n’êtes pas une image, vous êtes une personne unique, vivante et votre histoire se lit sur votre corps. Il est le reflet des moments que vous avez vécu.

 

Les rides, témoins de vos pensées et de votre joie

Il est naturel de grandir, de vieillir. La ride du lion, celle qui est entre les sourcils, est une ride d’expression. Elle traduit le fait que vous avez régulièrement froncé les sourcils. C’est là, le signe des gens penseurs, contrariés, perplexes. Et que dire de celles au coin des yeux ! Elles apparaissent quand vous riez, souriez souvent, tout comme celles du coin des lèvres, les rides du sourire. 

Vos rides témoignent des émotions que vous avez le plus souvent ressenties, de votre âge aussi. Si vous ressentez le besoin de les réduire, essayez de le faire pour vous, pas pour le regard des autres. Il en est de même pour les cheveux blancs, si vous vous aimez comme cela gardez-les, si vous vous préférez avec une autre couleur, allez-y. Que ce choix soit le vôtre, parce que vous vous aimez comme ça, pas celui subi et lié au regard des autres et de la société. 

Pendant le confinement, Sarah* ne s’est pas teint les cheveux. Au fil des semaines, elle a appris à apprivoiser, puis à aimer sa tête comme cela. Elle a eu l'impression de se retrouver et de ne plus subir la pression et la contrainte de se teindre les cheveux dès que les racines blanchissent. Et depuis, elle arbore sa crinière blanche comme une évidence, sans revendications, en toute simplicité, elle se sent libérée et elle-même. C'est le choix qui lui convient. 

 

Le poids, témoin de vos émotions

Il en est de même avec votre poids. Que vous soyez trop maigre, trop gros, trop, tout simplement, ce n’est pas sans raison.

Une maladie, un traitement, des événements, des chocs émotionnels viennent perturber votre poids. La tristesse, la peur, la culpabilité sont des émotions qui peuvent facilement vous faire maigrir ou grossir. Paul* a été victime d’une agression, depuis il vit dans la peur que cela recommence. Il redoute que ses agresseurs le retrouvent, plus il a peur, plus il prend du poids. C’est un peu une façon de modifier son apparence afin d’être moins reconnaissable. Anne* a beaucoup maigri, ses proches s'alarment et l'incitent plus ou moins adroitement à manger. Elle n'a pas faim, plus d'appétit, plus envie. En discutant avec elle, elle finit par relier sa perte d'appétit au décès de sa maman. Son chagrin a pris beaucoup de place et ce deuil a impacté sa joie de vivre et son envie de manger. Nous avons tous des réactions différentes face aux événements de la vie, votre corps souvent traduit à sa manière ce que vous vivez. Apprenez à l'écouter, à être indulgent avec lui plutôt que de le juger.

Si votre poids change, si celui d’un proche change, n’entrez pas dans le jugement et les conseils péremptoires “tu devrais faire quelque chose, tu ne peux pas…” La première des choses est de prendre conscience de ce qui se passe. Votre corps vous montre que quelque chose ne va pas, en identifiant ce que c’est, vous pourrez en toute bienveillance le modifier au rythme qui vous convient. 

 

Les rides, le poids sont des exemples du rapport que vous entretenez avec votre corps. C’est vrai aussi bien pour les cicatrices, les vergetures, les brûlures, ce qui se voit mais aussi les blessures du corps qui ne se voient pas ... Ce lien que vous entretenez avec lui est le reflet de ce que vous avez vécu, de vos émotions, de votre santé et aussi du regard de vos parents sur votre corps. Je vous invite à regarder votre corps comme un témoin fidèle de votre histoire et à prendre soin de lui comme votre meilleur ami. 

 

C’est votre corps, à vous de décider comment vous voulez vivre avec lui, dans un conflit, un combat permanent ou en paix et en complicité.

*les prénoms ont été changés

Soyez le premier à réagir !